Une personne qui n’observe pas le Sabbat, peut-elle être sauvée?

Un don divin.

Le salut est d’abord et avant tout, un don divin, et pas un exploit humain. Personne ne sera jamais sauvé ou perdu à cause de ce qu’il a fait au manqué de faire. Ce qui est essentiel, c’est une acceptation sans réserve de l’approvisionnement du salut qui nous est offert par la mort expiatoire du Christ.

Une réponse humanitaire.

Accepter le don de salut de Dieu, signifie, cependant, d’aussi accepter la demande de Dieu en conformité à sa volonté, par la grâce du Christ. Le salut est un don de grâce, mais l’acceptation de ce don, demande une réponse d’obéissance, laquelle fait preuve à l’authenticité de notre foi. L’observation du Sabbat, nous offre une opportunité unique de répondre à Dieu, parce que la consécration du temps du Sabbat pour le Seigneur, nous rend capable de Lui consacrer notre vie.

De plus, le Sabbat, en nous enjoignant d’arrêter notre travail, nous rend libre et disponible pour que la grâce toute puissante de Dieu travaille en nous. Ainsi l’acte de repos le jour du Sabbat représente l’acceptation du salut par la grâce et non par les oeuvres. Il représente notre résignation aux efforts humains, pour accomplir le salut et notre acceptation volontaire des gracieuses provisions du salut de Dieu. Nous arrêtons notre travail le Sabbat, pour permettre à Dieu de travailler en nous.