Le culte du soleil, avec son jour du soleil, influença-t-il l’adoption chrétienne du Dimanche, en tant que nouveau jour de culte?

La popularité du culte du soleil, avec son jour du soleil, influença d’une manière considérable l’adoption chrétienne du Dimanche, en tant que nouveau jour de culte.

Le culte du soleil et la semaine planétaire.

Pour apprécier comment le culte du soleil influença l’adoption chrétienne du Dimanche, il est important de noter avant tout, que le culte de Sol Invictus— l’invincible soleil— devint très populaire dans le Rome ancien, au milieu du deuxième siècle. La popularité croissante du culte du soleil causa un changement important dans l’ordre des jours de la semaine planétaire, que les Romains adoptèrent juste avant le commencement du christianisme.

De nombreux calendriers littéraires et archéologiques démontrent clairement qu’initialement, le samedi (jour de saturne) était le premier jour de la semaine, suivit par le Dimanche (jour du soleil), lequel était le second jour. Cependant, cet ordre fut changé, à cause de la popularité croissante du culte au soleil. Ce fut que, en reconnaissance de la popularité du dieu-soleil, le jour du soleil fut avancé de sa position de second jour à celle du premier et du jour le plus important de la semaine.[1]

Le culte du soleil et le Dimanche chrétien.

L’avancement du jour du soleil à sa position de premier jour de la semaine, influença spécialement les Chrétiens qui avaient connu le jour et l’adoration du dieu-soleil, à choisir ce même jour comme leur nouveau jour de culte. Cette conclusion est confirmée par des évidences directes et indirectes.

Indirectement, le culte du soleil influença le christianisme dans l’adoption de certaines pratiques, comme l’orientation vers l’est pour prier; la date de Noël du 25 décembre, et l’adoption du symbolisme du soleil pour représenter le Christ dans les arts et la littérature.

Plus directement, l’adoration du soleil, influença le développement des justifications théologiques pour l’observance du Dimanche. Ceci est indiqué par le fait que les deux justifications prédominantes trouvées dans la première littérature chrétienne pour l’observance du Dimanche sont: La création de la lumière et le levé du soleil de justice, le premier jour de la semaine. Jérôme fournit un exemple approprié quand il explique: « S’il est appelé jour du Soleil par les païens, nous le reconnaissons volontiers comme tel, puisque c’est en ce jour que la lumière du monde est apparue et en ce jour que le Soleil de Justice est ressuscité ».[2]

Alors, la conclusion est que deux facteurs majeurs contribuèrent au changement du Sabbat au Dimanche, c’est à dire, l’anti-judaïsme et le culte du soleil. Le premier conduisit beaucoup de Chrétiens à abandonner l’observance du Sabbat pour les différencier des Juifs. Le second influença beaucoup de Chrétiens à adopter l’observance du Dimanche pour faciliter leur identification et leur intégration avec les coutumes et les cycles de l’empire Romain.


[1] Ma discussion de ces textes relatifs à l’introduction de la semaine planétaire et de l’avancement du jour du soleil se trouve dans Du Sabbat au Dimanche, traduction française de Dominique Sébire (P. Lethielleux, Paris 1984) pp. 197-206.

[2] Jérôme, In die Dominica Paschae Homilia, CCL 78, 550, 1, 52, éd. G. Morin, 1958.