Hébreux 4 n’enseigne-t-il pas que le repos du Sabbat est un symbole de notre repos de salut en Christ? Si oui, ceci ne signifie-t-il pas que l’observation du jour est superflue?

Oui le repos du Sabbat est un symbole du repos de Rédemption en Christ. En fait, il est aussi un symbole de notre repos final, lequel le peuple de Dieu attend. Cependant, cette fonction symbolique du Sabbat, n’annule pas, mais rend nécessaire son observation actuelle, pour au moins deux raisons.

Le symbole est nécessaire pour l’expérience de la réalité.

D’abord, un croyant peut à peine faire l’expérience du repos de Rédemption symbolisé par le repos du Sabbat, si l’expérience actuelle du repos physique du Sabbat est aboli. C’est par l’expérience fournie par les symboles que nous conceptualisons et nous approprions les réalités spirituelles. Le pain et le vin du repas du Seigneur ne sont pas vus comme inutiles, simplement parce qu’ils sont les symboles de notre Rédemption par la mort expiatoire du Christ.

Retenir le repos du Sabbat en tant que symbole de notre repos de Rédemption en Christ, tandis que nier son observation actuelle est une contradiction flagrante. Comment le repos physique du Sabbat peut-il aider une personne à faire l’expérience du repos de

Rédemption du Christ, quand l’expérience physique d’un tel repos est abandonnée ou dénoncée?

Le repos du Sabbat subsiste.

Deuxièmement, c’est remarquable que tandis que l’auteur d’Hébreux déclare les services typologiques de l’ancienne alliance en tant qu’abolis (10:9), démodés et «  sur le point de disparaître » (8:13), il enseigne explicitement qu’« il reste donc un repos de Sabbat pour le peuple de Dieu » (4:9). La raison pour la permanence de l’observation du Sabbat est parce que sa fonction symbolique peut effectivement aider le croyant à conceptualiser et faire l’expérience de la réalité des merveilleux accomplissements de Dieu: la création, la Rédemption, et la restauration finale.

La présente expérience du repos du Sabbat, rend le croyant capable de s’approprier de la réalité du passé, de la creation-rédemption, et de la future restauration-réunion. Détruire un tel symbole vital, ça signifie la privation aux Chrétiens d’un plus effectif véhicule donné par Dieu, pour comprendre et faire l’expérience de son amour créatif, rédempteur, et remontant.