Comment le Sabbat peut-il être un précepte divin, quand son observation a souvent amené le peuple à devenir légaliste, c’est à dire, chercher a être sauvé par leurs propres oeuvres plutôt que par la grâce divine?

 Le fait que certains Chrétiens ont perverti le principe de l’observation du Sabbat en système légaliste de salut, n’annule pas la validité du principe en tant que tel. Un précepte n’est pas annulé par le fait que certains le dénature. Les légalistes tendent à oublier que le Sauveur fit du Sabbat un jour de « miséricorde » plutôt qu’un jour de « sacrifice » (Mt 12:7-8), un temps pour aimer Dieu et ses semblables, plutôt qu’un temps de faire parade de sa justice, par des accomplissements rituels.
Une compréhension et expérience correcte du Sabbat peuvent être un antidote puissant contre le légalisme. Pourquoi? Simplement parce que le Sabbat nous enseigne, non à travailler pour notre salut (légalisme), mais à cesser de tous nos travaux, afin de permettre à Dieu de travailler plus complètement et plus librement dans nos vies.