Un observateur du Sabbat, peut-il acheter des biens et services le Sabbat d’une personne ou d’une place, qui fait les affaires quand-même, le Sabbat?

Liberté pour tous.

Le quatrième commandement nous enjoint d’accorder la liberté à tous le Sabbat, y comprenant l’étranger. Aucune tentative pour jouir de la liberté et de la joie du Sabbat, aux dépens des autres, représente un refus des valeurs du Sabbat.

Le fait que certaines personnes ou marchands n’observent pas le Sabbat, n’est pas une justification valable pour acheter leurs biens et services le Sabbat. Par une telle action, un observateur du Sabbat approuverait que les autres fassent des affaires le Sabbat. De plus, il serait lui-même, transgresseur du Sabbat en achetant des biens et services— une activité qui est clairement condamnée par les Ecritures (Jr 17:21-23; Né 13:19-22).

Encourager le laïcisme.

Acheter des biens et services le Sabbat, tel que manger dans des restaurants, tournera l’esprit du croyant loin du caractère sacré du Sabbat vers le laïcisme et le matérialisme du monde. Avec des plans appropriés, des provisions suffisantes peuvent être faites en avance, pour des besoins prévisibles du Sabbat.

Situation d’urgence.

En dépit des meilleurs plans et intentions, une situation pourrait surgir qu’une personne soit nécessiteuse le Sabbat, par exemple pour acheter de la nourriture ou louer un taxi. Dans de telles situations d’urgences, Dieu comprend les intentions du coeur. Une attention doit être prise pour éviter la répétition de telles situations et de maintenir consciemment, en tout temps le caractère sacré du Sabbat.