Comment le Sabbat doit-il être observé dans les institutions médicales d’Adventistes du Septième Jour?

La maladie ou la douleur ne fait pas de distinctions entre les jours saints et séculiers. Ainsi, les besoins des malades et de ceux qui souffrent doivent être satisfaits sans égard aux jours. L’exemple du Christ est important à cet égard, puisqu’il employa le Sabbat pour guérir les malades, les rétablissants physiquement et spirituellement en entier. Les institutions médicales Adventistes, dans leurs politiques et pratiques, doivent refléter l’exemple du Christ de l’observation du Sabbat en fournissant un service médical de bonne volonté, compatissant, le Sabbat.

C’est la responsabilité de chaque institution de développer et de rendre effectif des politiques qui reflètent les principes de l’observation du Sabbat trouvés dans les Ecritures et exemplifier par le Christ. Les suggestions suivantes, représentent, à mon avis, une application des principes bibliques d’observation du Sabbat.

Haute qualité de soins médicaux.

Les soins médicaux nécessaires doivent être donnés le Sabbat de bonne volonté, de bon coeur, et au même haut niveau et qualité que les autres jours hebdomadaires. Les patients ne doivent pas se sentir négligés le Sabbat, parce que les docteurs ou infirmières sont si occupés d’observer leur Sabbat qu’ils peuvent donner seulement une attention limitée à leurs besoins. Au contraire, la célébration de l’amour créateur et rédempteur de Dieu, le Sabbat, doivent motiver le personnel médical à montrer un intérêt et un souci personnel accru envers leurs patients.

Taux réduits.

A la lumière de l’exemple du Christ qui guérissait le peuple le Sabbat, non pas pour un gain financier mais par amour,  et en vue du fait que pas de gains personnels ou de profit sont poursuivis pour les services rendus le Sabbat, des taux réduits peuvent être chargés le Sabbat pour les services médicaux. De tels taux doivent refléter le coût actuel pour rendre le service médical nécessaire.

C’est la coutume des médecins et des institutions médicales non-Adventistes de charger les frais de fin de semaine plus élevés pour les services rendus le Samedi et le Dimanche. Une telle pratique ne doit pas être exécutée par le personnel médical et les administrateurs Adventiste, qui croient que le Sabbat est un jour, non pas pour un plus grand gain, mais pour un service missionnaire plus grand.

Un tarif réduit, lequel couvre les frais d’opérations de base, servira comme un très puissant témoignage, aux patients et à la communauté entière, que l’observation du Sabbat est vraiment une occasion pour les Adventistes de suivre l’exemple du Christ, en offrant un généreux service d’amour aux besoins humains. Tant que possible, le service volontaire, le Sabbat, doit être encouragé.

Services indispensables.

Toutes les activités ordinaires, qui ne concernent pas directement le soin des patients, doivent être discontinuées le Sabbat. Habituellement ceci signifie la fermeture de certaines installations et départements et la remise à plus tard des services diagnostiques et thérapeutiques de confort. Les services d’urgence ne doivent pas être interrompus, mais rendus spontanément et de bon coeur.

Paiement de factures.

L’arrangement, et le paiement de factures doivent être évités le Sabbat. Les bureaux administratifs et d’affaires qui font du travail habituel, doivent être fermés le Sabbat. S’il est nécessaire d’admettre, ou de sortir un patient le Sabbat, il est recommandé de faire des arrangements financiers, soit avant ou après le Sabbat.

Atmosphère de détente.

La suspension de tout travail habituel le Sabbat, fourni une atmosphère relaxée, où le personnel médical peut plus librement et pleinement s’entendre avec les patients, les conseillants et partageant avec eux l’amour et le souci Chrétien. Les patients, dans un hôpital Adventiste, doivent percevoir le Sabbat comme le jour où l’environnement, le personnel, et les services sont les plus merveilleux. Une telle perception positive peut avoir un impact durable sur les patients et éventuellement à conduire certains à rechercher pour une bénédiction continue de la célébration du Sabbat, dans leurs vies personnelles.

Le travail, le Sabbat, à tour de rôle.

Les institutions médicales Adventistes doivent exercer une grande attention, en aménageant tout le personnel afin que les mêmes travailleurs n’aient pas à être de service chaque Sabbat. D’un autre côté, nul travailleur doit s’attendre à être toujours libre le Sabbat. Les surveillants doivent être aussi justes que possible en préparant les programmes, de telle sorte que les services, le Sabbat, puissent être rendu à tour de rôles, par tous. L’observation du Sabbat ne doit jamais être un fardeau pour quelques ouvriers, mais un privilège