Heureux les doux, car ils hériteront la terre.

Il vaut beaucoup mieux pour nous de souffrir sous une fausse accusation que de nous infliger des tortures de représailles à nos ennemis.

Tout au long des Béatitudes, il y a une progression de l’expérience chrétienne. Ceux qui ont ressenti leur besoin de Christ, ceux qui ont pleuré à cause du péché et qui ont été assis avec Christ dans l’école de l’affliction, apprendront la douceur du divin Maître.

Patience et douceur sous les maux n’étaient pas des caractéristiques prisées par les païens ou par les Juifs. La déclaration faite par Moïse sous l’inspiration du Saint-Esprit, qu’il était l’homme le plus doux sur la terre, n’aurait pas été considérée par les personnes de son temps comme une recommandation; il aurait plutôt éveillé pitié ou mépris.

Mais Jésus place la douceur parmi les premières qualifications pour son royaume. Dans sa propre vie et son caractère, la beauté divine de cette précieuse grâce est révélée.

Jésus, l’éclat de la gloire du Père, “n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur”. Philippiens 2:6, 7. Il consenti à passer par toutes les expériences humiliante de la vie, marchant parmi les enfants des hommes, non pas comme un roi, exigeant l’hommage, mais comme celui dont la mission était de servir les autres. Il n’y avait dans ses manières aucun soupçon d’intolérance, aucune froide austérité. Le Rédempteur du monde avait une nature plus grande que celle des anges, mais unie à Sa Majesté divine était la douceur et l’humilité qui attiraient tous à Lui-même.

Jésus s’est vidé de lui-même, et dans tout ce qu’il a fait, le moi n’a pas apparu. Il a subordonné toutes choses à la volonté de son Père. Quand sa mission sur la terre était sur le point de s’achever, il pouvait dire:

«Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire.» Jean 17: 4. Et il nous dit: «Recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur. « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même » (Matthieu 11:29; 16:24); Laissez le moi être détrôné et ne plus avoir la suprématie de l’âme.

Celui qui voit le Christ dans son renoncement à soi-même, Son humilité de cœur, sera contraint de dire, comme Daniel, quand il vit quelqu’un semblable aux Fils de l’homme «Mon visage changea de couleur et fut décomposé, et je perdis toute vigueur.» Daniel 10:8. L’indépendance et l’auto-suprématie dans lesquelles nous nous glorifions sont vus dans leur véritable laideur comme des signes de servitude envers Satan.

La nature humaine se bat toujours pour se mettre en avant, prête à contester; mais celui qui apprend de Christ est vidé de soi-même, d’orgueil, d’amour de la suprématie, et le silence s’établit dans l’âme.

Le moi est mis à la disposition du Saint-Esprit. Ensuite, nous ne sommes pas anxieux d’obtenir la meilleure place. Nous n’avons aucune ambition de nous signaler à l’attention de la foule et de nous mettre en valeur; mais nous sentons que notre plus haute place est aux pieds de notre Sauveur. Nous regardons vers Jésus, en attendant que sa main nous dirige, à l’écoute de sa voix pour nous guider. L’apôtre Paul avait cette expérience, et il a dit: « J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. « Galates 2:20.

Lorsque nous recevons le Christ comme hôte permanent dans l’âme, la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera nos cœurs et nos esprits par le Christ Jésus. La vie du Sauveur sur la terre, bien que vécu au milieu de conflit, fut une vie de paix. Alors que les ennemis en colère le poursuivaient constamment, il a dit:

«Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. « Jean 8:29.

Aucune tempête de colère humaine ou satanique ne pouvait perturber le calme de cette parfaite communion avec Dieu. Et Il nous dit: “Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix.” Jean 14:27. “Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.” Matthieu 11:29. Portez avec moi le joug du service pour la gloire de Dieu et l’élévation de l’humanité, et vous trouverez le joug facile et le fardeau léger.

C’est l’amour du moi qui détruit notre paix. Tant que le moi est vivant, nous sommes constamment prêts à le garder de la mortification et de l’insulte;

mais quand nous sommes morts, et que notre vie est cachée avec le Christ en Dieu, nous ne prenons plus à cœur les manques d’égards ou d’estime. Nous serons sourds aux reproches et aveugles au mépris et à l’insultes.

“La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n’est pas envieuse; la charité ne se vante pas, elle ne s’enfle pas d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche pas son intérêt, elle ne s’irrite pas, elle ne soupçonne pas le mal, elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais.” 1 Corinthiens 13:4-8.

Le bonheur tiré des sources terrestres varie autant que les circonstances variables qui le produisent; mais la paix du Christ est une paix constante et permanente. Il ne dépend d’aucunes circonstances de la vie, de la quantité des biens de ce monde ou du nombre d’amis terrestres.

Christ est la fontaine d’eau vive, et le bonheur tiré de Lui ne peut jamais faillir.
La douceur du Christ, manifestée dans la maison, rend ceux qui y habite heureux; il ne provoque aucune querelle, renvoie une réponse sans colère, mais apaise le caractère irrité et diffuse une douceur ressentie par tous dans son cercle enchanté. Partout où elle est chérie, elle fait des familles de la terre une part de la grande famille d’en.

Il vaut beaucoup mieux pour nous de souffrir sous une fausse accusation que de nous infliger des tortures de représailles à nos ennemis.

L’esprit de haine et de vengeance vient de Satan, et ne peut apporter que le mal à celui qui le chérit. L’humilité du cœur, cette douceur qui est le fruit de la permanence en Christ, est le véritable secret de la bénédiction. « Il embellira les doux avec le salut. » Psaume 149: 4.

Les doux «hériteront de la terre». C’est au travers du désir d’exaltation de soi que le péché est entré dans le monde, et nos premiers parents perdirent la domination sur cette terre, leur royaume. C’est par l’abnégation que Christ rachète ce qui a été perdu. Et il dit que nous devons vaincre comme il l’a fait. Apocalypse 3:21. Grâce à l’humilité et à l’abandon de soi, nous pouvons devenir héritiers avec lui quand « les doux hériteront de la terre ». Psaume 37:11.

La terre promise au doux ne sera pas comme celle-ci, assombri par les ombres de la mort et de la malédiction. “Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera.” 2 Pierre 3:13. “Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville; ses serviteurs le serviront.” Apocalypse 22:3.

Il n’y a pas de déception, pas de peine, pas de péché, personne qui dira, je suis malade; il n’y a pas de trains funéraires, ni de deuil, ni de mort, ni de séparation, ni de cœurs brisés; mais Jésus est là, la paix est là. “Ils n’auront pas faim et ils n’auront pas soif; le mirage et le soleil ne les feront point souffrir; car celui qui a pitié d’eux sera leur guide, et il les conduira vers des sources d’eaux.” Ésaïe 49:10.