Ellen WHITE

Pendant toute la durée de sa vie de service, l’influence de Mme White se fit sentir dans le Mouvement adventiste. Elle visita les églises, prit part aux sessions de la Conférence Générale et, aussi souvent que possible, aux camps-meetings. {TE1 14.1}
Pendant plusieurs dizaines d’années, des articles signés de son nom parurent régulièrement dans nos journaux. Ces messages inspirés exerçaient une douce mais incontestable influence. Par intervalles, ses livres sortaient de presse et étaient lus et relus avec application. La tâche qu’elle avait reçue d’instruire et d’informer l’Eglise et le monde en faisant connaître ses visions, fut l’œuvre de sa vie. En effet, elle continua jusqu’à sa mort à avoir des visions. Dès 1858, elle eut la grande vision qui est à la base de La Tragédie des Siècles. Après six mois de révélations successives, elle publia ses visions sous la forme d’un petit livre: Spirituals Gifts, vol. 1, « La grande lutte entre le Christ et ses anges, et Satan et ses anges » (Early Writings, 3e partie). Elle eut sur le même sujet de nombreuses visions, par la suite, et elle écrivit à nouveau pour compléter son premier ouvrage et publia la grande série qui comprend: Patriarches et Prophètes, Prophets and Kings, Jésus-Christ, Acts of the Apostles et La Tragédie des Siècles. D’autres ouvrages de Mme White ont exercé une grande influence: Rayons de Santé, Les Paraboles, Education, Heureux ceux qui…, ainsi que de nombreux volumes contenant des conseils sur des sujets plus spéciaux, tels que le Ministère évangélique, le Colporteur évangéliste, Counsels to Teachers, Parents and Students, etc. Enfin l’ouvrage bien connu Vers Jésus, publié en soixante langues, a eu des millions de lecteurs. {TE1 14.2}
En 1911, Mme White, âgée de 81 ans, assistait à la Conférence Générale à Washington. Ce fut son dernier voyage transcontinental. Elle passa les dernières années de sa vie à écrire des articles et à s’occuper de la publication de ses livres. Au terme de son existence, elle déclarait: « Que la vie me soit conservée ou non, mes écrits parleront sans cesse et l’œuvre qu’ils accompliront durera aussi longtemps que le temps. » — Writing and Sending Out of the Testimonies to the Church 1:12, 13. {TE1 15.1}
Bien que l’activité littéraire de Mme White n’ait jamais cessé, elle se ralentit cependant dans les trois dernières années de sa vie. C’est toujours pleine de courage en son Sauveur qu’elle s’endormit dans sa propre maison le 16 juillet 1915. Elle fut inhumée aux côtés de son mari et de ses enfants au cimetière de Battle-Creek (Michigan). {TE1 15.2}
Les Adventistes du Septième Jour ont compris et comprennent encore aujourd’hui que le ministère de Mme White en tant que « messagère du Seigneur » est l’accomplissement de la prophétie d’Apocalypse 12:17 et 19:10: l’Eglise du « reste » « qui garde les commandements de Dieu » et qui doit avoir « le témoignage de Jésus » — « l’Esprit de prophétie ». Ils voient dans son œuvre le don de prophétie dont parle Paul dans Ephésiens 4:9-13, don que l’Eglise reçoit avec d’autres « pour le perfectionnement des saints en vue… de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi ». {TE1 15.3}
Les révélations reçues par l’intermédiaire de Mme White durant sa longue vie étaient en harmonie avec ce que Dieu a déclaré jadis à Israël: « Lorsqu’il y aura parmi vous un prophète, c’est dans une vision que moi, l’Eternel, je me révélerai à lui, c’est dans un songe que je lui parlerai. » Nombres 12:6. Le caractère de son œuvre a été celui de ce conducteur d’Israël dont il est parlé dans le prophète Osée 12:14: « Par un prophète l’Eternel fit monter Israël hors d’Egypte, et par un prophète Israël fut gardé. » {TE1 15.4}